départ

 

Rue abandonnée.
Départ vers l’infini, sans arrivée
Seule
Solitaire
Départ

Tu vois ces maisons aux volets fermés?
Elles t’appartiennent
Elles te regardent
Et causent
Du bruit
Du vent
Des portes qui grincent pendant la nuit.

Elles parlent du monde qui les séparent.

Alors d’un coup
Le vent s’élève
Pour te revoir passer une dernière fois.

Tu es ce monde qui les sépare.

 

© 2016 Laura Balladur, All Rights Reserved

Please reload

Please reload